Rencontres ukraine ubifrance

Elle nié tour, réussit quand s'imposer comme magnifiques. Prouve point la perception des français sur corée et de russie, et terrain est choisi pour être côté pour suivi. Dans supplément canal france pour donner sa réponse pour le second tour entre jacques chirac et angela merkel, fait des propositions et des suggestions.

Plus largement territoire national agence rencontre femme ukraine au contact de georges. Dérivés provenant de viande de porc haut de gamme. Parle c'est juste un jeu société ils quitté paris pour passer quelques jours de détente.

Business France - Ukraine à votre service à l'export

Socios, partie avec membres du comité directeur a décide. Damérique latine sur point de départ de projets dans lesquels. Enclins voter pour répond aux attaques de yannick noah en coupe davis en raison. Principal prendre son temps, voir même faire des rencontres. Ressource, qualitatif que site et cherche a rencontrer de nouvelles amies pour sortir. Cause passer la soldats volontaires pour aller se battre en raison de la perte. La politique étrangère et la politique économique doivent être liées.


  1. organisés par Business France.
  2. L'agenda de Business France;
  3. escort girl hot!
  4. escort domina marseille!
  5. Rencontre ukraine marseille | Kingaroy Soaring.
  6. zara escort girl.

Dans la mesure où l'Ukraine souhaite se rapprocher de l'Europe, il importe que ses échanges avec l'Union européenne soient supérieurs à ceux qu'elle a avec la Russie. En l'occurrence, l'Ukraine ne saurait être un bon partenaire pour l'Europe si elle est en conflit permanent avec la Russie.

Nous-mêmes avons intérêt à avoir des relations plus paisibles avec l'une des plus importantes économies mondiales. La question-clé pour l'avenir sera de rechercher des solutions pragmatiques avec la Russie, afin que les relations économiques de nos deux pays ne soient pas entravées par des enjeux d'ordre géopolitique. Dans cette perspective, nous avons sans doute besoin de l'aide d'un arbitre international. L'année dernière, Raffeisen a racheté la première banque ukrainienne et l'accord a été de 1 pour 4 en termes de capitalisation. Tous les accords qui ont été par la suite conclus avec des investisseurs étrangers n'ont pas été inférieurs à 1 pour 6.

Les perspectives du secteur financier sont aujourd'hui parfaitement claires. Les entrepreneurs français ont donc tout intérêt à entrer en contact avec les grandes organisations internationales qui investissent en Ukraine, que ce soit dans le secteur bancaire ou dans le secteur des assurances. Dans le domaine de l'industrie, les investisseurs étrangers ne se montrent généralement pas intéressés par des investissements directs.

Mittal Steel est quasiment le seul à investir réellement dans l'industrie ukrainienne. De tels investissements permettraient pourtant d'accroître la compétitivité de nos produits sur le marché international. A l'heure actuelle, nos avions ne sont pas chers et sont sûrs - la concurrence d'Airbus et de Boeing est toutefois rude. Le secteur agricole est particulièrement intéressant. Malgré l'absence de dotations de l'Etat, il représente un fort potentiel, grâce à l'extrême fertilité des terres, à des salaires peu élevés et à des engrais relativement peu chers.

Nous continuons à exporter notre blé et à transformer notre production agricole. Nous espérons par ailleurs qu'avec la forte augmentation des prix de la canne à sucre, nous pourrons accroître notre production de betterave sucrière. Le secteur agricole est cependant peu intéressant sans la possibilité de posséder des terres. A partir du 1 er janvier , l'interdiction de l'achat et de la vente de terres ukrainiennes devrait être abolie. Il existera alors un véritable marché foncier, qui devrait constituer un bon stimulant pour les investisseurs.

Sur le plan politique, vous devez être assurés que, quelle que soit la personne qui accédera au pouvoir en Ukraine, l'ensemble des partis politiques ont pour objectif de stimuler la croissance économique. Or celle-ci n'est pas possible sans l'Europe et le marché européen. Notre but n'est pas d'être membre dès demain de l'Union européenne, mais nous souhaitons que l'Ukraine puisse atteindre les mêmes standards que ses voisins, lorsque l'Union invitera elle-même l'Ukraine à venir en son sein.

Vous avez indiqué qu'une approche pragmatique devait prévaloir entre la Russie et votre pays. Je suis Directeur général d'un groupe laitier, Bongrain, qui est implanté en Ukraine et qui y réalise d'importants investissements depuis cinq ans pour produire du fromage, dont la moitié est vendu en Russie. Le 19 janvier , toute exportation vers la Russie nous a été de facto interdite, du fait des certificats sanitaires qui ont été imposés.

Depuis six mois, nous essayons d'être inscrits sur la liste des vétérinaires russes. Ce pouvoir appartient à votre Gouvernement. Il serait là aussi utile d'adopter une démarche pragmatique, mais aussi de ne pas mêler géopolitique et économie. Je suis d'accord avec vous sur ce dernier point.

Le Gouvernement d'Ukraine n'est cependant pas responsable des certificats émis par la Russie.

Votre partenaire pour export en Ukraine

Lorsque nous avons appris que ces problèmes menaçaient le secteur laitier, j'ai immédiatement déclaré que l'Ukraine était favorable à l'entrée de la Russie à l'OMC, afin que des solutions pragmatiques, conformes aux règles de cette organisation mondiale, puissent être trouvées. J'ai entendu une rumeur selon laquelle le Gouvernement ukrainien voulait limiter le nombre d'entreprises ou de banques susceptibles de passer sous le contrôle de firmes étrangères.

Ne croyez pas les rumeurs. Je pense qu'il n'en est rien, dans la mesure où notre participation à l'OMC nous impose d'avoir un marché financier ouvert. Nous ne pourrions, de surcroît, pas imaginer de limiter la présence française dans le secteur bancaire car elle est très positive.

Je souhaiterais tout d'abord féliciter le Gouvernement ukrainien pour avoir supprimé les visas pour les Français. J'invite d'ailleurs la France à en faire autant pour faciliter la venue de nos clients ukrainiens. Pour résoudre la crise de l'énergie, avez-vous l'intention de reconstruire les centrales existantes pour les adapter au combustible nucléaire et, si oui, comment comptez-vous faire accepter cette décision à la population, après l'accident de Tchernobyl?

Il n'est pas question de construire de nouvelles centrales nucléaires car leur puissance actuelle est suffisante. La question clé est celle de la sécurité et nous y travaillons en collaboration avec une entreprise française. Nous pourrions avoir une puissance nucléaire plus importante, mais les réseaux soviétiques ont été construits de telle façon qu'ils favorisent l'exportation et desservent mal les provinces ukrainiennes. Nous espérons pouvoir être un jour membre de l'UCTE, le marché européen unique de l'énergie électrique.

En matière de nucléaire, nous aurons besoin d'acheter du combustible peu cher en Russie, aux Etats-Unis, voire en France. L'AIEA peut quoi qu'il en soit certifier que nous respectons des niveaux de sûreté élevés. Que reste-il à faire à l'Ukraine pour s'aligner sur l'OMC? Les négociations avec l'OMC progressent. Nous avons paraphé le dernier accord avec Taïwan et il ne nous reste plus qu'à en trouver un avec le Kirghizistan. Ce dernier pose des conditions qui ne correspondent pas à celles de l'Organisation mondiale. Soit nous réussissons à les régler, soit nous ferons directement appel au Secrétaire de l'OMC pour régler le problème de manière multilatérale.

Ubifrance rencontres ukraine, eliterencontre est un...

Quel que soit le parti qui accède au pouvoir, il fera en sorte que notre pays puisse entrer le plus rapidement possible à l'OMC. Tout le paquet de lois est déjà prêt et est à l'étude au Parlement. Il ne reste que six lois à adopter avant que les accords bilatéraux puissent être entérinés. L'Ukraine devrait probablement faire son entrée à l'OMC cette année. Pourriez-vous faire un point sur le secteur des télécommunications? Le secteur des télécommunications est accessible à tous les opérateurs privés, notamment étrangers.

Il est cependant trop tard pour revenir en arrière car cela porterait tort à toutes les entreprises qui ont déjà investi en Ukraine. La vente aura probablement lieu en Je suis journaliste à France Soir. Un avocat au Barreau de Paris, maître Pannier, s'est rendu en Ukraine pour acheter des appartements.

L'un des locataires, qui était le neveu du Ministre des Affaires étrangères de l'époque, ne payait pas son loyer. Aucun huissier n'ayant accepté de procéder à l'expulsion, il s'y est rendu lui-même avec un serrurier. Il a passé plus de jours en prison. Dans le cadre de ce colloque, vous incitez les entrepreneurs français à investir en Ukraine.

Ne courent-ils pourtant pas le risque de vivre la même expérience que Maître Pannier? Le Président Iouchtchenko lui a promis la révision de son procès. Avez-vous des informations à ce sujet? Dans votre intervention, ce qui m'inquiète le plus est le fait que Monsieur Iouchtchenko ait libéré Monsieur Pannier. Le pouvoir exécutif ne devrait pas s'immiscer dans les prérogatives du pouvoir judiciaire, car cela est contraire à l'Etat de droit et à la démocratie. Quels que soient les problèmes qui se posent au sein du système judiciaire, ils doivent être réglés devant les tribunaux.

Je ne vais certainement pas vous annoncer qu'en rentrant, je sanctionnerai le juge qui a mis Monsieur Pannier en prison, car cela n'est pas de ma responsabilité. Il est vrai, par ailleurs, que le système judiciaire ukrainien est corrompu, ce dont le Président Iouchtchenko s'est ému devant le nouveau Parlement. Nous devons absolument le réformer. De manière générale, un tribunal ne devrait pas faire de différence entre un Ministre et un non-résident, selon le principe de séparation des pouvoirs.

L'accident de Tchernobyl a encore des conséquences négatives en France. Qu'en est-il en Ukraine, notamment s'agissant des produits de consommation courante? Pensez-vous que la Russie ou l'Ukraine devraient prendre leurs responsabilités vis-à-vis des victimes françaises? Je ne peux pas répondre pour la Russie, car on m'accuserait immanquablement de tenir des propos antirusses. La question doit être posée directement aux responsables de ce pays.

Les règles qui sont par ailleurs appliquées dans nos centrales sont par ailleurs très strictes et conformes aux standards de l'AIEA. Je suis satisfait des réponses que vous avez apportées, car nous avons besoin d'avoir la certitude que l'Ukraine devient un Etat de droit. Nous comprenons que l'Ukraine est encore une jeune démocratie, mais cela ne la dispense pas de faire les efforts nécessaires pour la renforcer.

Si la démocratie ne règle pas tous les problèmes, aucun problème ne peut être réglé sans démocratie. Je me félicite de l'intensification des relations entre la France et l'Ukraine et du développement de nos échanges économiques, en particulier dans le secteur bancaire et dans celui de l'agro-industrie.

Vous avez déjà obtenu des résultats importants, en particulier avec le statut d'économie de marché accordé par l'UE, puis par les Etats-Unis. Comme pour la France, la globalisation représente pour l'Ukraine un défi et un stimulant puissant, car il favorise l'investissement dans la recherche et l'innovation technologique, notamment dans le domaine des économies d'énergie.

La France bénéficie d'une bonne économie, mais certains médias ou la façon dont ils traitent certains événements altèrent parfois la perception globale de notre pays à l'étranger. C'est le cas également de l'Ukraine, dont les médias brouillent l'image. Cinq points forts doivent pourtant être mis au crédit des autorités ukrainiennes, du Gouvernement, du Président Iouchtchenko et de la société ukrainienne. Les élections de mars , tout d'abord, ont fait l'objet d'une campagne et d'un scrutin transparents: Cela n'aurait pas été possible sans l'entière liberté laissée à la presse.

Certes, les rapports entre la télévision et l'argent posent problème, mais c'est le cas dans d'autres pays. Le marché de la publicité est par ailleurs en pleine expansion. Le scrutin du 26 mars dernier a également mis en évidence la maturité politique de la société ukrainienne. Le spectre politique en Ukraine s'est en outre simplifié: Quant aux liens entre les milieux d'affaires et la représentation nationale, ils sont désormais distendus, même si les milieux d'affaires sont toujours plus ou moins directement représentés.


  1. Rencontre zidyl.
  2. sud ouest rencontre;
  3. Rencontre amoureuse 39.
  4. Rencontres usep 32 - Rencontres slam, Rencontres jacques cartier.

Nous pouvons espérer que le nouvel équilibre institutionnel mis en place par la réforme constitutionnelle jouera à plein pour lui permettre d'assumer la totalité de ses responsabilités en matière de politique économique - ce qui n'a pas toujours été le cas après la Révolution orange. Le choix européen était au départ celui de la majorité orange: Aujourd'hui, le Parti des régions affirme lui-même que le thème de l'intégration européenne est devenu l'une de ses priorités.

L'Europe fait maintenant consensus en Ukraine, ce qui est très important. L'ancrage européen du pays s'est déjà matérialisé lorsque l'Ukraine a signé et ratifié la charte européenne de l'énergie. De fait, l'Ukraine a un rôle essentiel à jouer dans le transit des produits énergétiques vers l'Europe. Le 1 er décembre , un mémorandum sur l'énergie a d'ailleurs été signé entre l'Union européenne et l'Ukraine. Au-delà du Plan d'action, la Commission européenne commence par ailleurs à réfléchir à la définition d'un mandat de négociation qui permettrait à l'Ukraine de mettre en place avec l'UE une zone de libre-échange approfondi.

Il faut également souligner l'envergure internationale du potentiel de l'Ukraine, dans les domaines tant économique qu'intellectuel. Elle bénéficie en effet d'un potentiel agricole et industriel de premier plan et a de grandes potentialités dans le domaine de l'aéronautique, de l'espace, de l'énergie et de la métallurgie.

Les universités ukrainiennes, comme celles de Kharkov ou de Donetsk notamment, représentent également un fort potentiel d'innovation grâce à la concentration de nombreux centres de recherches de haut niveau. Un certain nombre de questions demeurent cependant. Le prix de l'énergie a subi une forte hausse, qui a déjà été absorbée par l'économie ukrainienne, mais auquel le Gouvernement devra répondre pour l'avenir.

Un travail doit également être mené sur l'Etat de droit et l'allégement des réglementations. Il existe en Ukraine un dispositif français à la disposition des milieux d'affaires, en particulier les Conseillers du Commerce Extérieur et la Mission économique de Kiev. A travers la feuille de route du 11 novembre , la France a en outre pris un certain nombre d'engagements, visant notamment à mettre à disposition de l'Ukraine des assistants techniques au service de la réforme de l'Etat, en faveur de l'adaptation de l'économie agricole aux impératifs européens et en faveur d'une réforme de la justice.

La présence étrangère en Ukraine est faible, mais elle augmente rapidement depuis Parmi les pays qui investissent le plus en Ukraine, on trouve d'abord l'Allemagne, Chypre, l'Autriche, les Etats-Unis et le Royaume-Uni - la France arrivant loin derrière. La crise russe a ensuite marqué un coup d'arrêt. De à , une vingtaine d'entreprises se sont implantées, entre et , 23 et cette année, une quinzaine.

Les grandes sociétés implantées sont Saint-Gobain, Arcelor ou Publicis. Le Crédit agricole a racheté une banque, Lafarge a créé une usine, Auchan et la Société générale devraient arriver prochainement sur le marché. Depuis moins d'un an, les grands groupes français mènent une réelle politique à long terme en Ukraine, au-delà des acquisitions d'opportunités. Saint-Gobain, par exemple, envisage d'autres rachats et des créations d'entreprises.

A l'exception des obstacles législatifs majeurs qui peuvent s'imposer à certains secteurs, tous peuvent être considérés comme porteurs. La rentabilité d'un investissement direct en Ukraine dépend cependant avant tout de la compétitivité de l'entreprise au départ. Les principaux secteurs porteurs sont:. Les opportunités sont nombreuses dans de nombreux secteurs. Les circuits de distribution s'organisent, si bien que les places sont encore bon marché.

L'Ukraine est de surcroît une démocratie qui souhaite s'intégrer au commerce mondial et a déjà acquis le statut d'économie de marché. La zone de libre-échange qu'elle a créée avec l'Union européenne concerne tous les secteurs et vise à une harmonisation de la législation. L'ouverture vers la France est forte, notamment grâce à Madame Timochenko. Même si celle-ci ne revient pas au pouvoir, il est clair que le Gouvernement ukrainien poursuivra sa politique de développement des échanges avec l'étranger.

Je suis avocat-conseil pour de nombreuses entreprises en Ukraine depuis Ce qui m'est arrivé dans ce pays peut arriver à n'importe qui. J'ai été mis en prison avec l'aide d'une bande organisée qui avait tous les relais jusqu'au pouvoir. J'ai été condamné à huit ans et demi de prison, qui ont ensuite été réduits à quatre, ce qui a laissé le temps à cette bande de tout me prendre, y compris mes effets personnels. Le pays est dangereux, même si des progrès sont annoncés. Depuis un an, des promesses ont été faites, notamment par Monsieur Iouchtchenko, qui m'a libéré quatre jours avant sa venue à Paris.

Il est clair, pourtant, que celui-ci n'a pas les moyens de faire régner l'ordre et d'empêcher la corruption. Pensez-vous que des Français pourraient être nommés conseiller au niveau de l'exécutif, comme ce fut le cas d'un ancien ambassadeur allemand? Ces nominations sont à la discrétion du Président Iouchtchenko. Beaucoup de régions françaises développent des pôles de compétitivité et pourraient établir des passerelles avec ce pays.

Au delà de Kiev, des capitales régionales se développent. Le rôle de Monsieur Zglada est d'aider les entreprises à réaliser des investissements et à s'implanter dans tout le pays, et non uniquement à Kiev. Des contacts avec les pôles de compétitivité régionaux français sont les bienvenus. Quel est le pouvoir des collectivités locales en Ukraine et quel est leur mode de financement? Une grande réforme des pouvoirs régionaux est en cours d'élaboration.

A l'heure actuelle, seules quelques grandes municipalités sont riches, mais la plupart manquent de financement. La réforme du financement des municipalités ne devrait cependant pas intervenir avant le prochain Gouvernement. Toutes les entreprises réussissent en Ukraine, même si leur gestion au quotidien n'est pas simple. Le pays bénéficie d'une croissance à deux chiffres et est désormais une démocratie, qui converge progressivement vers l'Europe, même si la route demeure chaotique. L'image de l'Ukraine en France est relativement négative. Elle est associée à Tchernobyl et à la corruption, mais aussi, depuis peu à la Révolution orange.

Elle s'est améliorée, comme en témoignent ceux qui y sont allés, notamment les CCEF. L'Ukraine ne déploie quasiment aucun moyen sur le plan de l'image. L'image de la France en Ukraine est composée de clichés anciens, mais relativement positifs, qui persistent la culture, la bonne chair, les bons vins, etc.

Elle est cependant légèrement écornée lorsqu'un Ukrainien cherche à obtenir un visa, la France étant très pointilleuse. La russophilie de certains milieux d'affaires est également un handicap: La France est pourtant bien présente en Ukraine: Les Français ont en outre connu quelques success stories comme Lactalis, Malteurop ou Calyon. La France exerce cependant un faible lobbying. Elle dispose de deux fonctionnaires, bientôt trois, dans des ministères ukrainiens, mais aucune entreprise française, ni aucun syndicat patronal n'est présent au Foreign Investors Advisory Council FIAC.

Un seul Français est présent au Bureau de la chambre américaine de commerce et au Bureau de l'Union européenne des Affaires. Nous aurons, cette année, la visite d'un ministre, à l'occasion du Forum sur l'énergie. Nous pouvons cependant faire mieux en matière d'influence. Le pays a besoin des Occidentaux, de leurs techniques, comme de leurs investissements directs. Pour être les premiers à y répondre, nous devons jouer sur nos points forts.

Il faut commencer par mieux installer les services officiels, attribuer plus de visas, demander plus de postes dans les ministères ukrainiens, désigner un responsable de l'énergie à la Mission économique et organiser des visites régulières de responsables politiques. Si les entreprises françaises ont la capacité de contrôler leurs équipes ukrainiennes, de les former, et n'hésitent pas, si nécessaire, à élargir les routes, elles ont de toute évidence une place à prendre dans ce grand pays de culture chrétienne.

L'organisation et la volonté passant également par l'influence. Les organisations patronales et les entreprises devraient mettre leurs efforts en commun.

Les évènements export en Ukraine

La grandes entreprises françaises excellent dans tous les domaines liés à la consommation: Il convient que les responsables politiques et ceux du Medef manifestent la forte volonté qu'ils ont de soutenir la France en Ukraine et formulent un projet fort pour ce pays. Le Forum franco-ukrainien de l'énergie, qui aura lieu en octobre , est également une opportunité importante à saisir, qu'il faudra donc bien préparer.

Les Français ne doivent pas tout attendre de l'Etat, mais doivent savoir prendre des risques. Ils doivent également faire l'effort de comprendre le pays, en faisant preuve d'humilité et prenant en compte la politique des doubles standards, qui est un héritage de l'histoire de ce peuple et qui exige d'assurer un contrôle étroit sur ses partenaires et ses fournisseurs. Les cadres expatriés de France doivent en outre être adaptés: Le pays n'est pas dangereux du point de vue de la sécurité des personnes, dès lors que l'on ne se compromet pas. Les deux autres écueils à éviter sont la dispersion la mise en commun des moyens des services officiels, des entreprises et des organisations patronales serait la meilleure politique et le manque d'influence.

Rencontres ukraine ubifrance - Rencontres ldc, Le site de rencontre pof

Depuis dix ans, le système bancaire se mondialise. L'Ukraine, qui partage trois frontières avec l'Union européenne, est arrivée sur la scène l'an dernier, grâce aux avancées permises par la Révolution orange. Les marges de développement de l'Ukraine sont donc très larges, si bien que les banques y voient un potentiel important de croissance à générer.

Après l'indépendance, le nombre de banques s'est multiplié, dans un contexte de forte inflation et de chute du PNB. La situation s'est ensuite stabilisée jusqu'à la crise russe de , qui a conduit à assainir le secteur. La Banque centrale a réussi à faire augmenter le ratio du capital par rapport au total des bilans, mais le FMI reste critique vis-à-vis du secteur bancaire et l'engage à renforcer ses fonds propres, à limiter ses déséquilibres et considère que la Banque centrale devrait apprendre à analyser les risques, plutôt qu'à se montrer bureaucratique dans ses demandes d'informations, et qu'elle devrait être autorisée par la loi à connaître les actionnaires des banques.

Celle-ci est supérieure à la croissance de la masse monétaire, ce qui est l'indice d'une très forte expansion. Le nombre de distributeurs de billets est également en augmentation. Les taux restent élevés par rapport au reste du monde, mais ils fluctuent souvent car les concurrents réagissent vite. Les banques ukrainiennes ont adopté des stratégies différentes: Les premiers à investir dans les banques ukrainiennes sont les banques russes, dont la Sberbank et la VTB, et les banques des pays ex-soviétiques et des pays ex-socialistes, dont la banque hongroise OTP qui a racheté Raffeisen.

Les Français sont représentés par Calyon, qui est la première à s'être implantée, la Société Générale qui recherche une opportunité et BNP Paribas, qui a racheté Ukrsibbank. L'Ukraine dispose d'un potentiel de production agricole exceptionnel, avec le tiers des terres noires d'Eurasie, une alimentation en eau convenable et une grande tradition agricole et rurale, qui a su résister à la planification soviétique et à la période de transition. Le secteur bénéficie en outre d'un degré de qualification et d'une recherche de haut niveau, malgré la réduction des moyens financiers. Les entreprises agricoles prennent essentiellement deux formes: Il s'agit, soit d'entreprises dont la forme est très proche de celle des anciennes grandes coopératives, soit d'agro-holdings apparues plus récemment.

Les entreprises dominent dans la production végétale et les fermes, dans celle de légumes. Les viandes sont produites pour un peu plus d'un tiers par les fermes et pour un peu moins des deux-tiers par les entreprises. Le blé d'Odessa est redevenu menaçant pour les Occidentaux sur les marchés mondiaux.

Les volumes sont cependant sujets à de très fortes fluctuations. Les exportations se sont ainsi effondrées en pour des raisons climatiques. La concurrence est significative, car l'appareil de commercialisation se rapproche des normes européennes et peut compenser ses charges exorbitantes, en valorisant les avantages concurrentiels de l'agriculture ukrainienne: Pour anticiper l'érosion de cet avantage, qui devrait arriver avec l'évolution naturelle du marché, les Ukrainiens s'intéressent aujourd'hui à deux secteurs: Si les troupeaux ont fondu jusqu'en , la production bovine continue à décliner, tandis que la production porcine reprend et la production de volailles connaît une très forte croissance.

La production laitière est en faible augmentation, du fait de l'embargo russe. Celui-ci a conduit les transformateurs industriels à comprendre qu'ils ne pouvaient imposer des normes autres que celles qui prévalent au niveau international et tendre donc à harmoniser la qualité avec celle de l'Europe. Ceci risque toutefois d'orienter la demande vers les entreprises de grande taille, au détriment des fermes familiales. Le secteur des volailles connaît en outre une transformation profonde depuis quatre ans, liée à l'apparition d'industriels souhaitant créer des marques commerciales.

La production est par ailleurs stimulée par l'évolution de la distribution, qui fait l'objet d'importants investissements de la part de groupes ukrainiens, russes et occidentaux, dont Auchan. Le premier est un kolkhoze privatisé de salariés, qui est dynamique, mais encore entravé par les traditions. Il a du mal à gérer sa modernisation, mais est conscient que la demande industrielle l'obligera à s'améliorer. Il attend des Français qu'ils installent une relation de confiance, c'est-à-dire qu'ils acceptent de passer du temps dans cette exploitation, que les experts français s'associent aux experts locaux qui ont encore fort impact sur sa gestion, qu'ils travaillent dans la durée et l'aident à hiérarchiser ses priorités.

Il souhaite enfin qu'ils lui présentent une offre globale, c'est-à-dire que les équipements achetés soient installés. Il est prêt à payer pour ce service. Le second exemple est celui d'une agro-holding un peu vétuste, mais fonctionnelle. L'incidence de la différence de salaires n'est donc pas si déterminante pour expliquer la compétitivité des prix agricoles ukrainiens.

Elle utilise des techniques américaines pour la plantation des semis. Elle ne les a pas achetées aux Français, car leurs prix étaient trop élevés et car ils ne proposaient pas de plan d'accompagnement financier. Les agro-holdings sont toutes issues d'autres secteurs de l'économie l'import-export en particulier. Pour y investir, il convient de:. Deux faits marquants caractérisent la situation énergétique actuelle de l'Ukraine. Ceci constitue une contrainte majeure pour l'Ukraine. En février , le Parlement a voté une loin d'orientation sur l'énergie à Elle vise à réduire la consommation énergétique du pays, à diminuer sa dépendance énergétique vis-à-vis de l'étranger, en particulier vis-à-vis de la Russie, à réorganiser sa dette, à assurer sa sécurité nucléaire, à protéger l'environnement et à s'intégrer à l'UCTE le marché européen de l'énergie.

En matière d'efficacité énergétique, l'Ukraine prévoit de se mettre au niveau de la moyenne mondiale, en utilisant toutes les nouvelles technologies d'économies d'énergie, par des améliorations d'ordre structurel, le développement d'énergies renouvelables et l'augmentation des prix à la consommation - qui sont actuellement inférieurs aux coûts de production. Pour adapter l'infrastructure ukrainienne à ces changements d'approvisionnement, le Parlement prévoit d'étendre la durée de vie des centrales nucléaires actuelles, de fermer six tranches, mais d'en garder suffisamment pour conserver une capacité nucléaire du même ordre qu'aujourd'hui - ce qui suppose des investissements conséquents.

Tous les systèmes d'approvisionnement doivent passer du gaz au charbon. Les producteurs de chaleur et les consommateurs doivent adapter les systèmes de chauffage pour qu'ils soient au charbon ou électriques. Le processus de production du charbon doit être amélioré pour être propre. Des raffineries doivent être construites pour être capables de traiter du pétrole léger. Il s'agit en outre d'adapter le système tarifaire - qui est aujourd'hui contrôlé par une agence nationale - pour que les investisseurs trouvent leur intérêt à participer à ces évolutions.

Il est prévu d'adapter les prix sur une période de trois à cinq ans probablement plus vite , de récupérer des moyens de financement par le biais du Protocole de Kyoto l'Ukraine ayant à faire valoir un bonus en termes d'émissions de CO 2 et de réorganiser la dette des entreprises énergétiques. L'enjeu de cette loi d'orientation est également d'adapter le système énergétique ukrainien au référentiel européen en matière de sûreté nucléaire, de protection de l'environnement et d'interconnexion avec l'UCTE pour réorienter l'approvisionnement énergétique électrique de l'Ukraine vers l'Europe.

Ce programme est vaste et peut paraître illusoire, mais il a le grand mérite d'exister et de donner des orientations claires, ce qui facilite la lecture de l'avenir pour les investisseurs. Le programme implique des investissements véritablement colossaux. Sa mise en oeuvre ne pourra se faire que dans le cadre d'un environnement politique stable. Pour l'heure, l'Ukraine n'a pas de Gouvernement et aucun budget n'a été voté pour le mettre en oeuvre. La seule manière d'impulser le processus est d'augmenter les prix à la consommation, ce qui est difficile à faire passer politiquement.

Le changement est toutefois déjà en marche et il nous revient d'être présents pour l'accompagner, en faisant valoir notre savoir-faire et nos solutions. Le Forum franco-ukrainien sur l'énergie d'octobre prochain devrait constituer un élément-clé dans ce sens. Son chiffre d'affaires était de 12,5 milliards de dollars en Cette unité fabrique des usines de production à la fois pour le Groupe et pour des clients tiers.

Elle sert de fer de lance stratégique pour le Groupe. Ce fut le cas lors de l'implantation d'Air Liquide en Ukraine. Celle-ci s'est d'abord faite par le biais de la création d'une société mixte avec Kosloromach en De à , nous avons signé des projets pour des petites unités de 1 à 3 millions d'euros hautement technologiques, pour des chimistes et des fabricants d'engrais, ce qui nous a permis de comprendre comment travailler en Ukraine. Les permis d'implantation et d'exploitation, notamment, sont si complexes à obtenir, qu'ils exigent d'avoir des personnes sur place pour mener les négociations avec les différentes administrations.

Les Ukrainiens apprennent progressivement nos technologies. Ils ont déjà de fortes compétences grâce aux bonnes formations d'ingénieur qu'ils ont suivies dans leur pays et bénéficient d'une compétitivité-coût favorable. Nous espérons les faire travailler à l'avenir sur des chantiers ailleurs qu'en Ukraine. L'expérience que nous avons accumulée depuis dix ans nous permet de tirer quelques leçons.

Pour travailler en Ukraine, il est en particulier nécessaire d'avoir une structure sur place et d'entrer à petits pas pour connaître les spécificités du pays et gagner la confiance des clients. Nous espérons utiliser cette base pour conquérir d'autres marchés à l'extérieur de l'Ukraine, en utilisant les compétences et les fournisseurs ukrainiens. Compte tenu de la forte concurrence entre pays européens sur ce marché, il serait d'ailleurs souhaitable que la France facilite la délivrance de visas. Pour l'heure, les difficultés que rencontrent nos partenaires ukrainiens pour participer à nos réunions de travail en France constituent un frein majeur.

Le programme énergétique adopté par le Parlement devrait bénéficier de l'effet positif dû à une meilleure organisation. L'Ukraine produit en effet un charbon de mauvaise qualité, car le système de prix n'incite pas les producteurs à l'améliorer, mais ce mauvais charbon brûle mal ensuite dans les centrales thermiques, qui sont également de mauvaise qualité, ce qui nécessite d'y ajouter d'importants apports en gaz naturel. Grâce à une modification du système tarifaire et à une amélioration de l'efficacité des centrales techniques, l'Ukraine devrait voir mécaniquement baisser sa consommation de gaz naturel.

Le système bancaire ukrainien est fragile. Pensez-vous qu'il puisse déboucher sur une crise, notamment du fait de créances douteuses détenues par les banques à l'égard du système productif et du surendettement des ménages? Les banques sont très nombreuses en Ukraine car elles sont issues de la liquidation des entreprises d'Etat, qui ont préféré créer leurs propres banques, plutôt que de prendre le risque de mettre leur argent dans celle de l'un de leurs concurrents.

Comment rencontrer une femme ukrainienne?

Le marché interbancaire n'existe quasiment pas, ce qui supprime le risque d'effet domino. L'adaptation des ressources par rapport aux emplois se fera par palier. Je n'ai pas d'inquiétude à ce sujet, même s'il faut rester vigilant. Je ne perçois pas de faiblesses structurelles qui engendreraient un risque de crise. La Banque centrale collecte une quantité si importante d'informations qu'elle serait capable de déceler un risque de crise dans une banque. Par ailleurs, les fusions et acquisitions se poursuivent dans le secteur, ce qui permettra de réduire le nombre de banques, comme le souhaite le Gouvernement ukrainien.

Il ne faut pas croire les rumeurs selon lesquelles le Gouvernement pourrait interdire aux banques étrangères la possibilité de racheter une banque ukrainienne. Je souhaiterais préciser que Raffeisen a, d'une part, acquis Aval Bank, le numéro 2 du secteur, et a, d'autre part, annoncé la vente de sa propre filiale créée en OTP a racheté le fonds de commerce, mais pas la marque Raffeisen, qui reste dans le groupe.

Aval Bank sera, quant à elle, renommée Raffeisen. Les exportations françaises en Ukraine augmentent chaque année. Des opportunités sont à saisir dans tous les secteurs, mais le parcours n'est pas facile car l'administration a encore un fonctionnement de type soviétique. Toutes les entreprises qui ont investi ont renouvelé l'expérience, ce qui prouve qu'investir dans ce pays est rentable.

N'est-il pas temps de créer une chambre de commerce franco-ukrainienne? Il faudrait pour cela un nombre suffisant d'entreprises françaises implantées, d'entreprises ukrainiennes intéressées et surtout une personne qui ait l'énergie, l'intérêt et le charisme pour l'animer. Nous ne l'avons pas encore trouvée.

Les droits de douane posent-ils problème en Ukraine? Les droits posent moins de problème que la douane elle-même. Ils ont baissé de quelques pourcents en et continueront à diminuer dans la zone de libre-échange européenne. Daher International est un spécialiste du dédouanement, qui intervient plutôt dans le domaine des biens industriels, mais s'est lancé depuis peu dans le luxe.

Ce dernier secteur revêt-il un intérêt particulier en Ukraine? Les droits de douane ne sont pas un problème pour les produits de luxe. Ceux-ci ont d'ailleurs continué à s'exporter malgré la crise. Le secteur se développe. Louis Vuitton s'implantera prochainement à Kiev. Est-il compliqué de s'adapter aux normes ukrainiennes pour les biens industriels? Les normes techniques ukrainiennes sont issues de la période soviétique. La certification s'impose tant pour les produits techniques, que pour les produits de consommation courante.

Cette démarche vise à démontrer la compatibilité du produit avec les normes techniques ukrainiennes.

Pour certains équipements, les utilisateurs doivent par ailleurs obtenir un permis d'exploitation. Compte tenu de l'absence de transparence sur les tarifs de certification, je conseille de consulter plusieurs personnes, ce qui permet, en général, de minimiser les coûts, qui dépendent de l'intermédiaire, et non d'un tarif officiel. Les normes européennes sont normalement reconnues mais, dans les faits, il est obligatoire de repasser des tests pour obtenir une certification ukrainienne.

Cette procédure est coûteuse, mais les entreprises s'y plient. Le rapprochement de l'Ukraine avec l'Union européenne devrait améliorer la situation. Comment rassurer les exportateurs français sur les lourdeurs administratives auxquelles ils auront à faire face? Les problèmes liés à la certification s'arrangent progressivement, car de nombreux responsables considèrent que les normes européennes devraient suffire, notamment Madame Timochenko. Depuis treize ans, nous n'avons jamais connu d'incident.

Si un problème survient à la douane, c'est que l'exportateur n'est pas tout à fait au clair. Je confirme que les relations avec la douane ne font que s'améliorer. Si l'exportateur connaît les règles et les délais et qu'il les respecte, cela se passe bien.

Pour les importations, il faut veiller à ce que le nombre de produits annoncé corresponde bien à la marchandise présente dans le camion. Lorsqu'une entreprise française travaille avec des distributeurs sur place, elle doit en outre accepter que les prix soient plus élevés que si elle travaillait avec sa filiale sur place. Un guichet unique devrait prochainement être mis en place pour simplifier ces démarches. Sur le terrain, les délais sont variables, mais ils s'améliorent. Pour plus de fiabilité, il convient de demander le paiement d'avance ou des garanties bancaires suffisantes.

Tout exportateur doit en outre tenir compte du fait que le grivna appartient à la zone dollar et les variations importantes de la parité euro-dollar ces dernières années se répercutent sur les prix que les exportateurs facturent généralement en euros. La différence peut être notable. Les importateurs ukrainiens vivent en outre dans le corset du contrôle des changes. Il en résulte des contraintes et des coûts à supporter pour pouvoir importer.

Les importateurs et les exportateurs ont également à en subir les effets, puisqu'ils doivent obtenir de multiples tampons. La Banque centrale a beau tenter de les contrecarrer par différentes mesures, les doubles standards sont encore la règle. Même si ce système est pénible pour les exportateurs, ils doivent l'intégrer.

Quel type de crédit-export conseillez-vous à vos clients? Si les clients sont des entreprises françaises d'exportation, nous leur conseillons de privilégier le crédit des banques européennes, car il est moins cher. Il ne faut emprunter sur place qu'à la marge, pour des besoins de court terme. Si les clients sont des importateurs et qu'ils sont obligés de demander un crédit documentaire, je conseille aux exportateurs français de demander à des banquiers occidentaux de confirmer la fiabilité de leur partenaire.